Skip to main content

L’état d’urgence environnemental en Haïti

Sharing is caring!

L’état d’urgence environnemental en Haïti ne cesse de se dégrader. Ces trois dernières semaines, les Haïtiens ont été nombreux à connaitre l’enfer à cause des mauvais temps. Au cours de cette période, les pluies diluviennes ont provoqué des inondations partout. À Port-au-Prince comme dans les villes de province d’ailleurs. Les haïtiens ont vécu un véritable calvaire résultant de ces pluies torrentielles.

La population du grand sud du pays , a été une fois de plus mise K.-O. par les aléas naturels. Des gens qui vivent dans des maisons de fortune ont observé impuissants la montée des eaux à l’intérieur de leurs abris provisoires. À Port-au-Prince et dans ses zones avoisinantes, une semaine plus tard, il a fallu seulement quelques heures de pluie pour que les communautés soient inondées. Maisons privées, plantations, voies publiques sont partout envahies par les eaux. Même l’aéroport international du pays n’a pas été épargné.

Le Sénat tente d’agir

Seulement quelques heures de pluie et tout un pays se noie. Ce qui expose de plein fouet la vulnérabilité du pays face aux aléas de la nature. Le sénat haïtien semble en être conscient. Dans leur assemblée plénière du mercredi 3 mai dernier, les pairs conscrits de la nation haïtienne ont adopté une résolution qui demande au pouvoir exécutif de décréter l’état d’urgence dans le grand sud d’Haïti. Ladite résolution demande aussi à l’exécutif de décréter l’urgence environnementale sur le plan national.

Grand coup du grand corps pour certains. Mais en vertu des prescrits légaux d’Haïti, seul l’exécutif détient le pouvoir de décréter l’état d’urgence dans le pays. Est-ce que le gouvernement va emboîter le pas ? L’on ne sait pas. Du moins, l’on n’en est pas encore là.

Un état environnemental très alarmant

L’environnement en Haïti se dégrade au jour le jour et présente une réalité très alarmante. Aujourd’hui, selon les données disponibles, le pays compte seulement environ 2% de couverture végétale et moins de 2% de couverture forestière. Parallèlement, les constructions anarchiques se multiplient de façon exponentielle sur les côtes, dans les zones destinées à l’agriculture et même dans beaucoup de zones déclarées protégées par l’État.

L’insalubrité règne en maître dans presque toutes les contrées du pays. C’est d’ailleurs l’un des problèmes environnementaux majeurs qui assaillent les communautés urbaines d’Haïti et surtout la capitale, où il est apparemment indomptable. Conjointement à tous ces problèmes, Haïti est traversé par plusieurs grandes failles actives. C’est dire que les risques sismiques pèsent lourdement sur le pays. Sans compter le fait que le pays est placé en plein sur le chemin des cyclones et des ouragans.

Haïti dans le top 15 des pays les plus vulnérables

Dans un rapport publié en 2015, le « World Risk Report 2015 », réalisé par l’université des nations unies, Haïti est figuré parmi les 34 pays les plus menacés par les catastrophes naturelles. Le pays est donc placé 21ème sur un total de 171 pays avec 73,36% de vulnérabilité. Selon le même rapport, Haïti est classé dans le top 15 des pays les plus en manque de capacités d’adaptation et les plus en situation de vulnérabilité à travers le monde.

Il y a donc nécessité d’œuvrer à l’augmentation de la résilience des communautés haïtiennes face aux aléas de la nature. Cela permettra de réduire les risques de catastrophes en Haïti. Il est un fait que les catastrophes naturelles ont de graves répercussions sur le développement économique du pays. L’on se rappelle que l’ouragan Matthew à lui seul a causé au pays des pertes estimées à près de 2 milliards de dollars américains. Cela dit, penser le développement d’Haïti doit prendre en compte l’ensemble des aléas climatiques et sismiques auxquels le pays est exposé. Sinon, ce sera toujours un éternel recommencement pour le peuple haïtien.

Sharing is caring!

Ritzamarum Zétrenne

Ritzamarum Zétrenne

Je suis Ritzamarum Zétrenne, jeune haitien né le 31 octobre 1990. J'ai fait des études en Communication sociale à l'université publique de mon pays. Actuellement je travaille comme journaliste.

5 réponses à “L’état d’urgence environnemental en Haïti

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE
shares